Communiqué de presse des élus socialistes de Saint-Denis de sortie de Conseil Municipal

0

A Saint-Denis, le 1 Février 2019

Ce jeudi 31 Janvier 2019, la majorité municipale a présenté ses orientations budgétaires pour l’année 2017 lors du conseil municipal. Les élus socialistes ont à nouveau rappelé leurs désaccords avec les orientations budgétaires de la municipalité qui années après années n’évoluent pas et semblent oublier les préoccupations quotidiennes des Dionysiens.


.


Des orientations budgétaires inquiétantes

Les budgets se suivent et se ressemblent et cette année encore rien ne changera à Saint-Denis. Les priorités qui s’empilent, ressemblant plus à des slogans qu’à une véritable volonté de concrètement d’améliorer le quotidien dans la ville sur les questions de sécurité, de propreté où la situation se dégrade, sur l’emploi, les commerces ou l’éducation.  M. Russier fait le choix de débuter sa campagne électorale plutôt que s’occuper pleinement des problèmes de Saint-Denis. En se portant candidat à 14 mois des prochaines municipales, le successeur de Didier Paillard, désigné par ses seuls amis, montre autant sa fébrilité que son manque d’implication sur sa fin de mandat. A un an des élections municipales, la réalité est que nous ne retiendrons rien de ce mandat, aucun nouvel équipement, aucun nouveau projet structurant qui prépare l’avenir.

Des dépenses de fonctionnement en hausse qui grèvent les investissements
La majorité municipale à présenté des orientations budgétaires où les recettes de fonctionnement augmentent moins vite que les dépenses. Si certains postes de dépenses sont réduits grâce à un contexte favorable, les dépenses de personnels ne sont pas maîtrisées et progressent à nouveau. Cette incapacité à maîtriser les dépenses de fonctionnement réduit fortement la capacité d’investissement de la ville et donc sa capacité à préparer l’avenir. La situation budgétaire de la ville devient de plus en plus inquiétante, au vu des projections budgétaires mis en avant dans ce DOB, la ville ne sera plus en capacité de financer ses investissements dans les années qui viennent si rien n’est fait. 
A la lecture des orientations budgétaires et des difficultés présentées par la municipalité, les élus d’opposition l’Ambition à gauche, ont alerté le Maire et sa majorité sur les risques de dépassement budgétaire important et obérant la possibilité de futur investissement à l’avenir.

La ville n’a pas correctement réagi au rapport de la CRC

Dans la lignée du débat d’orientation budgétaire, la délibération concernant les avancées de la ville part rapport aux recommandations de la Cour régionale des comptes confirme notre analyse sur la situation de la ville. Rien n’a été fait par la majorité municipale pour réduire les dépenses de fonctionnement qui représentent toujours 66% des dépenses de fonctionnement.

Alors que la CRC avait durement critiqué la politique RH de Saint-Denis, Laurent Russier n’a rien mené de nouveaux sur ce sujet, que ce soit sur le respect du temps de travail ou encore l’absentéisme. Depuis le début du mandat, on nous annonce une véritable réforme concernant l’absentéisme, mais rien de concret n’est fait alors que la situation empire avec un coût de plus en plus important pour la commune. Cette lutte contre l’absentéisme pour qu’elle soit efficace ne peut se faire qu’en partenariat avec les agents. Nous pensons que le fait de favoriser la mobilité et les promotions internes comme le développement des formations sont également des leviers pour lutter contre l’absentéisme. 

La ville met enfin en place de louer 

La loi ALUR votée en 2014 a en effet créé cet outil qui doit renforcer la lutte contre l’habitat indigne. Pour rappel, ce dispositif a été introduit dans la loi par un amendement déposé à l’époque par Mathieu Hanotin. 5 ans après son vote à l’Assemblée nationale, la ville de Saint-Denis met enfin en place le permis de louer sur le périmètre du PNRQAD en centre-ville.

Dans notre ville plus qu’ailleurs, des propriétaires occupants et des locataires sont victimes des agissements scandaleux de marchands de sommeil sans foi-ni loi dans certaines copropriétés tristement célèbres comme au 15 place Victor Hugo à Saint-Denis. Cette situation persistante démontre l’inefficacité de l’action des villes dans leurs luttes contre ces marchands de sommeil qui continuent de prospérer dans les centre-villes dégradés, mais aussi dans les quartiers pavillonnaires dont les maisons sont parfois divisées en de minuscules lots. 

Le permis de louer sera donc un outil supplémentaire de lutte contre les marchands de sommeil, mais nous regrettons sa mise en place tardive et son périmètre est trop restreint et ne prenant pas compte les quartiers pavillonnaires de la ville, victimes eux aussi des marchands de sommeil qui divisent certains pavillons en multiples logements insalubres.

La ville valide son plan Climat Energie

La ville a mis en débat son Plan Climat Air Énergie. Si le rapport présenté était plutôt positif non avons pointé un certain nombre de décalages entre les intentions affichées et la réalité des actes : que ce soit sur la maîtrise des consommations énergétique de ville qui est en augmentation de 12% ou sur la maîtrise des émissions de polluants atmosphériques avec un parc auto toujours aussi important, force est de constater que le compte n’y est pas, et la ville doit poursuivre ses efforts en matière de transition écologique.

Concernant l’ambition affichée de mieux gérer la question des déchets avec Plaine Commune, nous regrettons une énième fois les conséquences extrêmement négatives sur la performance de tri et l’état des espaces publics de la décision incompréhensible de l’EPT de diminuer par 2 le rythme de collecte des déchets recyclables. Enfin, sur la présumée volonté de la ville de végétaliser davantage, nous avons pointé la contradiction avec les aménagements récents de la Porte de Paris, du parvis des Confluences ou de la Place de la Résistance où des arbres ont été abattus pour laisser place à des espaces presque intégralement minéralisés.

Adoption d’un vœu en soutien de l’IVG

Enfin, nous avons fait adopter un vœu à l’initiative de notre groupe rappelant notre attachement au respect du droit à l’IVG pour toutes les femmes. Alors que quatre Françaises sur dix seront concernées par une interruption volontaire de grossesse au cours de leur vie et qu’il est malheureusement fréquent en France que des femmes ne sachent pas où avorter. Ce vœu à été adopté à l’unanimité (moins deux voix issues étonnement de la majorité municipale) permet interpeller l’Etat afin d’augmenter les moyens dévolus aux hôpitaux, notamment aux services de gynécologie-obstétrique qui pratiquent des IVG et engage la ville à mener une campagne de sensibilisation du planning familial notamment auprès des jeunes.











Contact presse:

Adrien Delacroix

Co-président du groupe

adrien.delacroix@gmail.com

06 74 19 24 94

Share.

Comments are closed.