Warning: fopen(/homepages/35/d543865517/htdocs/app580766371/wp-content/plugins/akismet-privacy-policies/languages/akismet-privacy-policies-fr_FR.mo): failed to open stream: No such file or directory in /homepages/35/d543865517/htdocs/app580766371/wp-includes/pomo/streams.php on line 153

Warning: session_start(): Cannot start session when headers already sent in /homepages/35/d543865517/htdocs/app580766371/wp-content/plugins/participants-database/vendor/wp-session-manager/wp-session-manager.php on line 46
Conseil municipal du 9 avril - PS Saint-Denis

Conseil municipal du 9 avril

0

adrien maud
Edito: Après les élections départementales, le Maire doit entendre le message envoyé par les Dionysiens

Ces dernières semaines ont été marquées à Saint-Denis comme dans le reste du pays par les élections départementales. Les élus socialistes de Saint-Denis se félicitent que malgré un contexte difficile la gauche rassemblée autour de Stéphane Troussel ait su résister en Seine-Saint-Denis, pour continuer une politique ambitieuse en terme de solidarités, de transports, d’équipements sportifs et d’éducation dans notre département.

A Saint-Denis, les candidats socialistes et leurs alliés arrivent pour la première fois en tête à une élection locale. Alors qu’il y a un an, au premier tour des élections municipales, la liste « l’Ambition à gauche pour Saint-Denis » avait 1010 voix de retard face à celle du Maire, puis 181 voix de retard au deuxième tour, les candidats socialistes Mathieu Hanotin et Corentin Duprey, avec le soutien d’Europe Ecologie, se sont retrouvés en-tête sur notre ville avec 43 voix d’avance. Ces élections marquent ainsi un désaveu pour la majorité municipale et un mécontentement vis-à-vis de la politique menée par le Maire depuis un an.

Le Conseil municipal du 9 avril 2015, consacré au budget 2015 de la Ville, démontre malheureusement que le message des Dionysiens lors du dernier scrutin n’a pas été entendu par le Maire. L’examen et le vote du budget s’inscrivent dans la continuité de la politique de la majorité qui ne répond pas aux préoccupations quotidiennes des Dionysiens. Lors du Conseil municipal, nous avons fermement rappelé nos désaccords avec cette politique qui ne répond pas aux priorités des Dionysiens en matière d’éducation d’emploi, de sécurité ou de propreté. Nous avons ainsi voté contre le budget présenté par la municipalité.

Ce conseil a également été l’occasion de débattre sur de nombreux sujets comme les constructions de logements de notre ville ou de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024. Le prochain Conseil municipal aura lieu le 21 mai 2015.

Adrien DELACROIX
Co-président du groupe des élus socialiste
Responsable du PS Saint-Denis

Maud Lelièvre
Co-présidente du groupe des élus socialiste


Budget 2015 :
Les élus socialistes votent contre le budget présenté par le Maire et la majorité municipale

 

corentinLe conseil municipal du 9 avril a été principalement marqué par le débat autour du budget 2015. Il faisait suite au débat d’orientation budgétaire qui s’était déroulé le 19 février dernier durant lequel les élus socialistes avaient vivement critiqué les orientations envisagées par la majorité municipale. Lors de ce conseil, la municipalité a également présenté un vœu demandant un renforcement du soutien de l’État aux villes qui construisent des logements et rejetant les opérations d’intérêt national (OIN) sur notre territoire. D’autres points figuraient à l’ordre du jour comme la candidature de Paris aux JO 2024 ou la construction d’une école en préfabriqués dans le quartier confluence-gare.

DES DEPENSES QUI PROGRESSENT PLUS VITE QUE LES RECETTES

Comme lors du débat d’orientation budgétaire, les élus socialistes ont souligné que malgré la campagne de communication de la municipalité autour de la baisse des dotation de l’État, les recettes de fonctionnement de la ville augmente de 3% grâce notamment à une augmentation des mécanismes de péréquation entre les villes riches et les villes populaires.

Corentin Duprey a rappelé que, parallèlement aux recettes, les dépenses de fonctionnement augmentent également. Alors que la hausse des recettes est de 3 %, celle des dépenses est de 3,6 %. En conséquence, l’autofinancement de la ville diminue de 5 % par rapport à l’an dernier et n’est plus que pour cette année de 15,6 millions d’euros ce qui réduit la capacité de désendettement de la ville même si l’encours de la dette est maîtrisé.

Alors que les recettes de fonctionnement augmentent, notre capacité de désendettement diminue. Aurélie Albot a interpellé la majorité sur la nécessité, de mieux maîtriser l’envolée de ces dépenses de fonctionnement qui plombent la capacité d’investissement de la ville. Les dépenses liées à la masse salariale augmentent de façon très conséquente avec une hausse 5,4 % si bien qu’en 2015, celles-ci représentent près de 65 % des dépenses de fonctionnement sans que la qualité du service public rendu n’augmente dans les mêmes proportions.

UN INVESTISSEMENT EN RECUL

Avec un autofinancement en baisse, les dépenses d’investissement présentées par la majorité sont en recul. La municipalité a en effet décidé de réduire son plan pluriannuel d’investissement qui passe de 212 millions d’euros à 180 millions d’euros. Cette baisse va se traduire par autant d’équipements en moins pour les Dionysiens. Si des projets vont dans le bon sens comme la mairie annexe à la Plaine (qui est une obligation légale) ou encore l’effort fait sur la construction et la rénovation des groupes scolaire, de nombreux équipements manquent à Saint-Denis notamment pour le sport et la culture.

LA MAJORITE MUNICIPALE DIVISÉE SUR LA SÉCURITÉ

Les interpellations des élus socialistes au sein du conseil municipal sur les problèmes de sécurité que vivent les Dionysiens au quotidien semblent porter leurs fruits avec le recrutement de nouveaux policiers municipaux et l’inscription au budget de la vidéosurveillance. Néanmoins, les débats budgétaires montrent que cette question n’est pas encore tranchée et que la majorité tergiverse à nouveaux. Les élus socialistes ont une nouvelle fois demandé à la municipalité d’éclaircir sa position sur la vidéosurveillance et de passer rapidement des études à l’action. Au sujet de des recrutements de nouveaux policiers, la majorité n’a présenté aucune stratégie sur les missions qui leurs sont affectées, leurs horaires d’intervention, leurs liens avec la police nationale ou encore leur formation.

 

LES ÉLUS SOCIALISTES POUR LE GEL DE LA FISCALITÉ LOCALE

Adrien Delacroix a annoncé que les élus socialistes voteraient le gel de la part communale des taux d’imposition pour l’année 2015. Alors que les recettes augmentent, il n’aurait pas été justifié d’actionner le levier fiscal, d’autant plus que la municipalité avait procédé lors du précédent mandat à la deuxième plus forte augmentation d’impôt parmi les grandes villes.

 

LES ELUS SOCIALISTES FAVORABLES AUX SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS

Alice Rascoussier s’est félicitée du maintien de l’aide aux associations de Saint-Denis qui remplissent un rôle essentiel dans notre ville. Malgré certaines baisses dans le secteur culturel, les élus socialistes ont acté le recul de la majorité municipale, qui pendant toute la campagne électoral a cherché à faire peur aux responsables associatifs en menaçant de baisse les subventions à cause des difficultés budgétaires et de la baisse des dotation de l’Etat. Alors que les recettes de la ville sont en hausse il n’aurait pas été acceptable que les subventions aux associations baissent cette année. Les élus socialistes ont également plaidé pour davantage d’accompagnements matériels et administratifs pour les petites associations.

 

LES ELUS SOCIALISTES FORCE DE PROPOSITION

La présentation du bilan des budgets participatifs de Saint-Denis a été sans appel sur le constat d’échec de la démocratie participative au sein de notre ville. Marion Oderda a demandé qu’un débat soit organisé en conseil municipal autour de cette question pour faire en sorte que les Dionysiens ne soient pas juste des figurants mais soient réellement des acteurs lors des concertations. Marion Oderda a constaté le manque de toute notion d’égalité femme-homme dans ce budget, mais également dans l’ensemble des dossiers portés par la municipalité. Alors qu’aujourd’hui à Saint-Denis, l’espace public est réservé aux hommes, il est impératif que la municipalité étudie l’ensemble de ses décisions sous le prisme de l’égalité femme-homme pour faire changer les mentalités. Comme cela est déjà fait avec l’handibudget autour de la problématique de l’accessibilité ou de l’écobudget autour de l’enjeu environnemental, le budget doit répertorier les actions à réaliser pour combattre les inégalités femme-homme dans les politiques menées au sein de la ville.

 


Les autres points à l’ordre du jour du conseil municipal

hervePOUR DES JEUX OLYMPIQUES UTILES AUX DIONYSIENS

Lors de l’examen des engagements pris par la ville de Saint-Denis dans le cadre de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024, les élus socialistes ont rappelé qu’ils étaient favorables à ce projet. Hervé Borie a souligné que cette candidature serait pour notre ville un accélérateur pour les infrastructures déjà programmées dans notre ville comme le prolongement du tramway T8, de la ligne de métro 14 et des nouveaux métro prévus dans le cadre du Grand Paris Express. L’organisation à Saint-Denis de certaines épreuves sportives permettraient également de répondre au manque d’infrastructures sportives dans notre ville. Pour les élus socialistes, ces jeux doivent être utiles aux Dionysiens avec la construction d’infrastructures gérables par la suite. Hervé Borie a, par exemple, privilégié la construction de deux piscines : une à La Plaine pour les épreuves de natation, et une à Marville pour les épreuves de water-polo afin de mailler au mieux notre territoire et desservir le nord de la ville avec des transports en commun.


VOEU SUR LE SOUTIEN AUX VILLES BÂTISSEUSES ET LES OIN

La majorité a présenté un vœu sur les constructions de logements. Une nouvelle fois, la majorité municipale, a préféré l’instrumentalisation politique en mélangeant plusieurs sujets dans un même vœu, lui faisant ainsi perdre de sa force. Si la demande de davantage de soutien de l’État aux villes qui construisent des logements est légitime et aurait pu rassembler l’ensemble du conseil municipal, la municipalité a fait le choix de la posture et de la division en abordant le thème des Opération d’Intérêt National, notamment celui du parc Georges Valbon dit « Central Park ». Lors du débat autour du projet de Central Park, des désaccords sont apparus au sein même de la majorité entre ceux qui refusent le projet par principe et ceux qui, comme le président de Plaine Commune, sont favorables à l’intégration du parc dans son environnement urbain mais refusent que ce soit l’Etat qui le mette en œuvre. Adrien Delacroix a expliqué que les élus socialistes se félicitaient de la volonté de l’Etat d’investir massivement sur notre territoire et de répondre aux besoins de logements des habitants. Si les élus socialistes demandent des garanties sur les équipements induits par la construction de nouveaux logements et insistent sur le besoin de concertation entre les villes et l’Etat, nous n’avons d’opposition de principe sur l’utilisation des OIN, ni sur le projet autour du parc G. Valbon si les conditions de préservations du parc étaient remplies. Les élus socialistes et écologistes ont donc voté contre ce vœu de la municipalité. Conformément à la position des élus socialistes, les récentes annonces du gouvernement vont dans le sens d’une concertation avec les villes concernées


LES ENFANTS DU QUARTIER CONFLUENCE-GARE SERONT À LA RENTRÉE DANS UNE ECOLE EN PREFABRIQUES PENDANT UN AN

Lors du point abordant la construction de l’école provisoire de Confluence, dans le quartier de la gare, les élus socialistes ont exprimé leur mécontentement face à l’attitude de la majorité municipale. Alors que la sectorisation des écoles a été votée en janvier, la majorité a fait le choix de cacher aux élus et aux Dionysiens les retards dans la construction du futur groupe scolaire Confluence. Ce groupe scolaire aurait dû ouvrir en septembre 2016. Cette ouverture est reportée d’au moins une année. Durant un an, les enfants seront dans une école en préfabriqués à cause d’un problème d’acquisition du terrain. Adrien Delacroix a souligné que la majorité aurait dû acquérir le terrain pour construire l’école avant d’autoriser la construction de logements dans ce secteur. Il a également exprimé des inquiétudes sur le lieu du groupe scolaire prévu dans une zone où il existe à ce jour de nombreux problèmes d’insécurités, de dégradation volontaire ou d’occupation illégale de l’espace public dont les habitants souffrent au quotidien.


Toutes les interventions des élus socialistes en vidéo

vignette video cm 9 avril

Share.

Leave A Reply