Retour sur le conseil municipal du jeudi 1er juin

0

Ce jeudi 1er juin 2017 avait lieu le Conseil Municipal de Saint-Denis avec pour principaux points à l’ordre du jour :
la mise en place de nouvelles stations Vélib’ dans la ville, le raccordement des caméras du centre-commercial Basilique à la vidéo protection de la ville, une délibération sur la cuisine de rue et un vœu de soutien aux défenseurs du droit à l’eau.
 
Les élus socialistes votent pour la mise en place de nouvelles stations Vélib’ mais regrettent les oppositions au projet au sein de la majorité municipale et que le Maire n’aille pas assez loin.
 
Alors que Saint-Denis compte 110 000 habitants, elle n’avait que 5 stations Vélib’ qui se regroupaient dans la partie sud de la ville. La délibération votée hier propose la mise en place de 10 nouvelles stations Vélib’ à chacune des sorties de métro et de RER. Si cette proposition va dans le bon sens, elle arrive très tardivement. Les élus socialistes ont interpellé le Maire et son équipe sur la nécessité d’aller plus loin car de nombreux quartiers sont exclus du dispositif alors qu’ils sont pourtant déjà très enclavés du fait du manque de transports collectifs. Les élus socialistes ont également insisté sur la nécessité de sécuriser et de développer les pistes cyclables dans la ville. Malgré l’opposition d’une partie de la majorité municipale, cette délibération a été votée et doit être une nouvelle étape dans le développement du vélo dans la ville.
 

 

Les élus socialistes plaident pour une vidéo protection mieux déployée et plus efficace
 
Les élus socialistes ont profité de la délibération sur le raccordement du réseau de caméras du centre-commercial Basilique à celui de la ville pour demander un point d’étape sur le déploiement de la deuxième phase de la vidéo protection dans la ville. Ils ont rappelé le nombre insuffisant de caméras et l’absence de celles-ci dans de nombreux quartiers. Les élus socialistes ont également rappelé leur demande de lever l’interdiction faite par la ville à ses agents de visionner les images en direct pour permettre de guider les interventions en temps réel de la police nationale ou municipale. Malgré l’opposition d’une partie de la majorité municipale, cette délibération a été votée.

 

 

Les élus socialistes votent contre la légalisation de la cuisine de rue à Franc-Moisin
 
La majorité municipale a proposé une délibération consistant à faire rentrer dans la légalité les pratiques de cuisine de rue aujourd’hui illégales en mettant en place un accompagnement pour l’insertion par l’activité économique, la mise à disposition d’une cuisine et de lieux de ventes mobiles. Les élus socialistes se sont opposés à ce projet car il ne permettra pas de lutter contre l’explosion des caddies brochettes et des vendeurs à la sauvettes qui privatisent l’espace public sur les principaux lieux de passage (parvis de la gare, place du 8 mai, place du caquet, porte de Paris) et posent d’importantes nuisances et des risques en terme d’hygiène et de sécurité. Il est impensable de faire coexister un système légal et illégal. L’insertion par la cuisine de rue ne pourrait se faire que si la ville faisait le choix de lutter efficacement contre les vendeurs à la sauvette en parallèle. Les élus socialistes s’inquiètent de cette volonté de la ville qui évoque également les pratiques existantes de mécaniques de rue et des personnes qui surveillent le stationnement des véhicules vers le Stade de France. Si l’objectif d’encadrer des pratiques jusqu’ici illégales dans des lieux et des espaces adaptés peut être louable, elle ne peut pas se faire en parallèle de la poursuite des activités illégales dans l’espace public. Les élus socialistes ont donc voté contre cette délibération.
 

 

 
Les élus socialistes soutiennent les défenseurs du droit à l’eau et demandent la mise en régie publique de l’eau à Plaine Commune
 
Les élus socialistes ont voté le vœu en soutien aux deux associations qui luttent aujourd’hui contre les coupures d’eau illégales pratiquées par Véolia. Les élus socialistes ont réaffirmé leur attachement à ce que Plaine Commune revienne à une gestion publique de l’eau. Une nouvelle fois, nous avons voulu qu’un débat puisse avoir lieu à Plaine Commune sur la question technique de la sortie du SEDIF qui délègue à Véolia la gestion de l’eau. Malgré nos demandes répétées, le Président de Plaine Commune n’a pas travaillé sérieusement à la faisabilité de la création d’une régie publique pour sortir du SEDIF dont le renouvellement de notre adhésion devra être voté avant la fin de l’année.
 

Share.

Comments are closed.