Slimane Rabahallah rend sa délégation mais veut rester dans l’exécutif avec ses indemnités. L’urgence pour les Dionysiens c’est que Laurent Russier arrête la com et agisse réellement pour leur sécurité et leur tranquillité.

0

Suite à la violente prise de position de l’adjoint à la Tranquillité Publique concernant la situation des effectifs de la police municipale, Slimane Rabahallah a décidé de rendre sa délégation, tout en voulant rester adjoint au Maire avec les indemnités qui s’y rattachent.

Nous prenons acte de cette démission mais nous interrogeons sur le maintien du M. Rabahallah dans l’exécutif municipal, ainsi que des autres élus du groupe PSG qui se sont montrés solidaires avec lui, après sa virulente critique de Laurent Russier et de la Direction Générale. Comment est-il possible que M. Rabahallah et les élus PSG restent Maires adjoints et dans la majorité municipale après une telle déclaration. En charge de la Tranquillité Publique depuis 4 ans, ce dernier n’a fait qu’accompagner la politique d’affichage de la municipalité, sans qu’à aucun moment nous n’ayons ressenti un changement de braquet sur les questions de sécurité au niveau local.

Seuls les élus du groupe d’opposition L’Ambition à gauche pour Saint-Denis n’ont cessé de pointer du doigt le décalage entre le nombre de postes officiellement ouverts et la réalité de la présence de policiers municipaux sur le terrain. Les propos de M. Rabahallah ont au moins le mérite de confirmer ce que nous n’avons cessé de dénoncer depuis le début de ce mandat : l’affichage de la sécurité comme priorité de l’action de la municipale relève de la communication.

Nous constatons tous que la Police Municipale est de moins en moins présente dans la ville, avec pour seule priorité la verbalisation du stationnement. Que ce soit sur les effectifs de la police municipale ou encore sur la mise en place de la vidéoprotection, la ville est en échec permanent sur les problématiques de sécurité, préférant comme toujours se tourner vers l’Etat pour réclamer plus d’effectifs de policiers nationaux alors qu’elle ne fait rien pour pourvoir les postes de sa propre police municipale !

Alors que nous connaissons une recrudescence d’évènements violents, d’agressions où de vols notamment dans le centre ville, d’une augmentation croissante des vendeurs à la sauvette, les Dionysiens ne peuvent se permettre d’avoir une police municipale qui tourne au ralenti du fait de mauvais choix politique du Maire et de sa majorité.

Enfin, ce nouvel épisode de la dislocation de la majorité municipale démontre aux Dionysiens que le seul moyen de changer de politique pour Saint-Denis est de changer de Maire et de majorité.

 

Share.

Comments are closed.