Tarif résidentiel du stationnement, indemnités des élus, retour sur le conseil municipal du jeudi 19 octobre

0

Ce jeudi 19 octobre 2017 se tenait le conseil municipal de Saint-Denis. Le débat sur la gestion publique de l’eau, initialement prévu lors de ce conseil, a été reporté à un conseil municipal exceptionnel dédié à ce sujet et qui se déroulera le mercredi 15 novembre prochain.

 

Stationnement : les élus socialistes s’opposent à la mise en place d’un forfait résident de 20€/mois

Le Maire et son équipe ont mis à l’ordre du jour une délibération visant à faire payer 20€, à partir du 1er janvier prochain, le forfait résident pour le stationnement dans les zones réglementées qui était jusqu’à présent gratuit. Les élus socialistes ont dénoncé cette décision de la majorité municipale. Ce choix se fait sans aucune concertation avec les habitants disposant d’un macaron et qui devront, dans moins de 3 mois, payer 20 euros mensuels pour pouvoir stationner dans les zones réglementées. Cela représente 240 euros de dépenses en plus chaque année alors que lors du même conseil, la ville dénonce légitimement la baisse de 5 euros par mois des APL décidée par le gouvernement. Cette mesure fait suite à l’élargissement conséquent, l’an dernier, des zones de stationnement réglementées et à l’augmentation des tarifs des horodateurs pour lesquels nous nous étions déjà opposés. La majorité municipale s’était alors engagée à conserver la gratuité pour les résidents disposant d’un macaron. Si nous partageons l’objectif de réduire la place de la voiture dans l’espace public, nous dénonçons la méthode de la facilité choisie par le Maire. Cette mesure vise avant tout à permettre de faire entrer de nouvelles recettes dans les caisses de la ville (entre 0,5 millions et 1,3 millions d’euros par an). Nous déplorons que d’autres mesures incitatives n’aient pas eu lieu comme le développement et la sécurisation des parkings, qui pour beaucoup sont vides à cause des problèmes d’insécurité que le Maire ne résout pas. Pour toutes ces raisons, les élus socialistes ont voté contre la mise en place du forfait résident payant.

 

Les élus socialistes refusent de prendre part au vote sur les retraits de la fonction d’adjoint à Fodhil Hamoudi

Les élus socialistes d’opposition ont toujours refusé de prendre part au vote sur l’organisation interne et les arrangements entre les multiples sensibilités de la majorité municipale. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas voté pour le retrait des fonctions d’adjoint de Fodhil Hamoudi ni pour l’élection du nouvel adjoint à la coopération décentralisée. Nous sommes toutefois surpris de la méthode choisie par la majorité municipale et en particulier du Maire, de régler ses comptes en public en décidant de retirer publiquement, à un élu qui s’y oppose, sa fonction d’adjoint et ses délégations. Les raisons d’un tel changement restent floues malgré le débat en conseil municipal et si le bilan de l’action de cet élu est en cause, il serait bon de faire un tel examen pour l’ensemble de la municipalité aux vues de la dégradation de l’état de la ville depuis le début du mandat. Cette nouvelle fracture au sein de la majorité municipale crée à nouveau de l’instabilité dans l’équipe municipale qui devrait être en action pour résoudre les problèmes quotidiens des Dionysiens plutôt que de se focaliser sur ses crises internes.

 

Contre la nouvelle répartition des indemnités des élus

Les élus socialistes, comme ils l’ont systématiquement fait depuis le premier jour du mandat, se sont opposés au vote des indemnités. Si les indemnités d’élus sont utiles pour permettre de pouvoir exercer librement un mandat sans que cela ne soit réservé à ceux qui en ont les moyens financiers de le faire, nous avons dénoncé le manque de tempérance et de sobriété du Maire et de son équipe. La majorité municipale a demandé un effort important aux Dionysiens en 2016 en augmentant les taux de fiscalité locale et en demande à nouveau un cette année faisant payer le stationnement des résidents mais elle refuse de faire un effort dans les indemnités reversées aux élus. La ville de Montreuil qui est une ville de taille similaire au sein du département dépenses 10 000 euros de moins par an pour indemniser ses élus. Nous ne comprenons pas non plus les disparités importantes entre les adjoints ni celles entre les conseillers délégués. Pour toutes ces raisons, les élus socialistes ont à nouveau voté contre la nouvelle répartition des indemnités.

 

Share.

Comments are closed.